Le 8 janvier 2014, François passait une nuit comme beaucoup d’autres. Sous l’effet de drogues et d’alcool, il finit par s’endormir au pied d’un pilier du pont Jacques-Cartier. Des policiers l’aperçoivent alors que le mercure est à –35 degrés. Les ambulanciers interviennent rapidement. On lui fait les injections d’usage, on lui fait prendre des bains froids, et graduellement, on combat la froidure qui le paralyse.

« Quand les ambulanciers m’ont ramassé, j’avais la main noire. J’aurais pu me casser les doigts tout seul si j’avais voulu. Ils ont essayé de sauver ma main, mais ils n’ont pas été capables. Ils m’ont aussi pris de la peau sur la cuisse pour me refaire le visage.» Le cœur et les poumons ont résisté. François a été chanceux.

François parle de cet épisode comme celui de la dernière chance. Dès lors, les conseils de deux intervenants de l’Accueil Bonneau sont pris au sérieux comme jamais. Il entreprend un travail sur lui-même, abandonne les drogues, commence les démarches en vue de son autonomie. Aujourd’hui. François a un logement qu’il partage avec Doudoune, la chatte qu’il a trouvée quand elle n’avait qu’une semaine, il y a bientôt 18 ans, celle qui est intervenue à trois reprises alors qu’il tentait de s’enlever la vie. «Elle m’a sauvé la vie trois fois. Elle m’a grafigné quand j’étais en train de me couper les veines, comme pour dire: «Tu ne me laisseras pas ici toute seule!», raconte-t-il avec gratitude.

Les liens qui unissent François au froid ne se limitent pas qu’à l’aventure qui l’a privé de ses doigts. Aujourd’hui, on le connait pour son éternel sourire, pour sa façon de remercier la vie qui s’est traduite par une implication quotidienne auprès d’autres itinérants. Il est fier d’affirmer qu’il a sorti 13 gars de la rue jusqu’ici. Au début du mois de novembre, il avait passé une partie de la nuit à distribuer réconfort, chaleur et nourriture dans la rue. Il ne cesse d’aider. Quand il voit des gens qui décident de rester dehors, ça lui fait mal au cœur. «J’rentre chez nous, pis j’pleure comme un bébé.»

On peut se demander comment des gens peuvent rester au froid au point de mettre leur vie en péril. François explique : « Ils s’injectent. Ils dorment. Ils gèlent. Ils ne se rendent compte de rien. Le froid, ça part des pieds, puis ça monte dans le corps. C’est comme un cancer, parce que vous ne sentez pas le froid.»


Faire un don, plusieurs façons

Vous pouvez soutenir l'Accueil Bonneau et faire un don en argent de diverses façons.

Visitez la FONDATION pour tous les détails!


Faire un don d'articles

En tout temps, nous avons besoin de denrées alimentaires, de vêtements et de chaussures pour hommes, de produits d’entretien ménager et de divers produits d’hygiène.

Voici les articles les plus recherchés:

Aliments

  • Fèves au lard
  • Huile d’olive, huile végétale
  • Ketchup
  • Mayonnaise
  • Pâtes (spaghetti, macaroni)
  • Riz
  • Sucre
  • Tomates en conserve

Hygiène

  • Déodorant pour homme
  • Dentifrice (petit format)
  • Rasoirs jetables
  • Douillettes, couvre-lits

Vêtements

  • Jeans et pantalons (tailles 30, 32, 34, 36)
  • Sous-vêtements - «boxer» (tailles petit, moyen)

    Pour information : 
    Chantal Cyr | cyrc@accueilbonneau.com | 514.845.3906 #255


    Où apporter votre don d'articles?

    427, rue de la Commune Est, entre les rues Bonsecours et Berri
    Accessible par la station de metro Champs-de-Mars

    Réception info@accueilbonneau.com | 514.845.3906 #226

    HORAIRE DE RÉCEPTION

    Nous serons heureux de recevoir vos dons d'articles aux heures suivantes:

    • Lundi au vendredi : 7h à 15h
    • Samedi et dimanche : 7h à 12h