Les faits d’abord

Les faits d’abord

Vous avez probablement vu l’Accueil Bonneau dans les nouvelles récemment. Certains médias ont prétendu que nous avons remplacé des intervenants par des agents de sécurité; rien n’est plus faux!

En effet, ces agents sont en poste depuis l’ouverture le 16 novembre 2020 de la Halte-répit au Grand quai et quitteront à la fin du projet, qui est prévue pour le 31 mars prochain.

Les mesures hivernales sont des projets conjoints portés par plusieurs organismes du milieu communautaire tel que l’Accueil Bonneau, pour le centre du jour du Grand quai, en partenariat avec la Ville de Montréal et le CIUSSS.

Dans le cadre de ce projet, nous travaillons en étroite collaboration avec le Port de Montréal, propriétaire du Grand Quai, ainsi qu’avec la société du Vieux de Montréal afin de pouvoir offrir ces services essentiels. C’est dans l’intérêt de tous les partenaires d’assurer la sécurité de la clientèle, des employés et des bénévoles.

Réaligner nos ressources pour mieux répondre aux besoins en itinérance et assurer la pérennité de l’Accueil Bonneau

Le 20 janvier dernier, nous avons pris une décision importante pour l’avenir de l’Accueil Bonneau. Depuis un certain temps, avant même la crise sanitaire, nous avons constaté une évolution importante quant aux besoins en itinérance, ainsi que dans les approches utilisées pour y répondre. Une analyse approfondie nous a permis de mieux dresser le portrait actuel de l’itinérance et la nécessité d’actualiser notre modèle d’intervention. 

La situation pandémique nous a clairement démontré que les besoins de notre clientèle avaient pris de l’ampleur et que notre modèle actuel ne fonctionne pas et freine nos efforts à réaliser notre mission. Ainsi, nous avons pris la décision de réaligner nos ressources pour mieux répondre aux besoins de notre clientèle et rester fidèles à notre mission. 

La grande majorité des employés permanents touchés par la restructuration ont été relocalisés dans un poste similaire au sein de l’organisation.

Enfin, nous souhaitons travailler de manière collaborative avec nos employés afin de mieux redéfinir notre modèle d’intervention, de continuer de remplir notre mission et d’assurer les meilleurs services pour nos usagers. D’ailleurs, nous sommes heureux de vous confirmer que tout se passe très bien à l’Accueil Bonneau depuis la journée où nous avons pris nos décisions. Les changements n’affectent pas nos services; nos usagers peuvent recevoir toute l’aide dont ils ont besoin. 

Une belle réussite! 

Récemment, Monsieur X, un homme de 62 ans a laissé les membres du comité de logement presque en larmes!

Monsieur X voulait retourner aux études, mais sans domicile ni pièces d’identité, il faisait face à de nombreux obstacles. Il avait essuyé un refus de financement d’Emploi Québec dû à son âge. Malgré ce refus, il s’est repris en main. Il est allé chercher tous les papiers dont il avait besoin. Il a logé dans un refuge d’urgence pendant un certain temps. Il a recommencé toutes les démarches afin de récupérer l’ensemble de ses papiers. 

Un intervenant lui a conseillé de communiquer avec l’Accueil Bonneau pour l’aider dans sa recherche de logement. Durant son entrevue avec notre comité de sélection, la directrice (Rachel) le félicita pour sa résilience et le fait qu’il n’avait jamais abandonné. L’homme pleura tellement qu’il en avait le souffle coupé. Lorsqu’il reprit son souffle, il remercia les membres du comité de l’avoir si bien accueilli.

On lui a annoncé la bonne nouvelle qu’il aura finalement un logement au sein de la Maison Joseph-Vincent dès le début du mois de février. Monsieur a vraiment l’impression qu’il emménagera dans une cinq étoiles. À 62 ans, il retrouve enfin une stabilité résidentielle. 

En voilà un exemple parmi des centaines que nous pourrions vous partager. Nous prenons notre responsabilité envers nos partenaires et donateurs très au sérieux. C’est pourquoi en 2021 nous continuerons à améliorer nos services, en veillant à avoir les bonnes personnes aux bonnes positions pour le plus grand bénéfice de ceux qui vivent dans la rue et qui essaient de se construire une vie nouvelle et meilleure.

 

Photo: Loic Pravaz/pravaz.com